Nos courses‎ > ‎Les reportages‎ > ‎

Quatre compères au marathon Ekiden de Starsbourg

publié le 5 nov. 2012 à 14:00 par courir a metz Metropole

Sous l’impulsion de Sébastien, nous retournons à Strasbourg pour participer à l’Ekiden (marathon en relais) et goûter une nouvelle fois aux plaisirs de la gastronomie alsacienne. 

Pour l’occasion, l'habituel quatuor (Seb, Manou, François et Denis) s’est enrichi de deux coureurs bien connus : Miche La Toscane et Christophe l’infatigable. 




Malgré les conditions météo difficiles (froid glacial, 1°, vent de face pour certains, surtout côté allemand) et la monotonie du tracé (nous courons le plus souvent seuls sur de longues lignes droites), notre motivation reste intacte tout au long du parcours. 
A chaque relais, les derniers mètres se font au sprint et les passages de témoins s’accompagnent de cris d’encouragements. 

Seb, Denis et Michel ayant effectué les 3 premiers relais ont le temps de se poster à l’arrivée pour voir l’arrivée triomphale de François, le dernier relayeur qui passe la ligne avec le sourire malgré une blessure récente et une fin de parcours pleine de relance dont un bon tape-cul pour passer le Rhin  Il boucle ce marathon collectif en 2h47’47 avec une dixième place au général (sur 180 équipes). 

Cette épreuve étant une première, des problèmes d’organisation bien compréhensibles, ont permis d’alimenter les discussions d’après course, comme par exemple le retard au départ, l’attente de 2h de Manou dans un bus en Allemagne, l’escalade d’une grille de 2 mètres par Michel et Denis et l’aide portée à des marathoniens pris de crampes en grimpant à leur tour, les douches encore plus chaudes que celles d’Augny, l’attente dans le froid aux points de relais, les ravitaillement non installés à notre passage … 



Comme d’habitude, les compères terminent la journée autour d'une table (choucroute et bonne bière) pour un moment de convivialité bien mérité ! De prochaines aventures suivront … 

Un grand merci à la famille Schwindenhammer, venue au complet, pour ses encouragements passionnés avant, pendant et après la course. Notons également une très grande émotion pour les retrouvailles de Manou et "Le Vosges" et qui ont eu beaucoup de difficultés à se quitter. 



Comments