Nos courses‎ > ‎Les reportages‎ > ‎

Le rêve blanc

publié le 30 janv. 2011 à 09:21 par courir a metz Metropole   [ mis à jour : 30 janv. 2011 à 12:12 ]

Un peu de géographie pour vous situer

Comme la plupart des « porteños », j’ai connu la neige pour la première fois à l’âge de 17 ans, lors du voyage de fin d’études de l’école secondaire. 

Buenos Aires est la capitale et la ville la plus importante de l'Argentine (population de la ville à 3 050 000 habitants et à 13 000 000 d’habitants pour son agglomération urbaine, le Grand Buenos Aires). Les habitants sont les « porteños », littéralement « les habitants du port ». Ils sont pour la plupart d’origines espagnole ou italienne et très catholiques. Un genre de Parisiens dotés d’une auto estime remarquable.
Le climat de la ville est subtropical humide, la moyenne annuelle des températures étant de 17 °C. L'hiver est doux, avec une température moyenne de 11°C, le mois de juillet étant le plus froid (10°C en moyenne) avec des températures pouvant par fois descendre jusqu'a 0 °C. Les chutes de neige sont extrêmement rares à Buenos Aires. Les deux dernières remontent au 27 juillet 1928 et au 9 juillet 2007, une précédente ayant eu lieu en 1918 (de nuit). 

Lacs, montagnes, forêts de sapins, chalets de bois, fondue et chocolat, pour les porteños, ne se trouvent pas en Suisse ou en Autriche, mais à San Carlos de Bariloche en Patagonie (1650 km de Buenos Aires, 22 heures de voiture). San Carlos de Bariloche s’étend le long du lac Nahuel Huapi, au pied de la cordillère des Andes et à quelques kilomètres de la frontière chilienne dans la région des Sept Lacs. En hiver, c’est la station de ski chic des Argentins. Pour les Argentins, Bariloche rime avec exotisme car neige et sapins sont rares en Amérique du Sud. Encore aujourd’hui beaucoup d’Argentins connaissent la neige lors du voyage de fin d’études de l’école secondaire et ne retournent plus jamais la revoir.

Tout cela pour vous expliquer ce qui m'a menée à conduire pendant 7h30, de Plappeville au Mont Dore, pour faire un trail blanc d’à peine 20 km !!!! Mon premier trail blanc, J’adore la neige !!!!
Jusque deux jours avant, la météo ne se présentait pas très favorable… -plus qu’un trail blanc, un de mes copains me taquinait, -on fera un trail vert, car pas de neige à l’horizon…

Dimanche 23 Janvier, trail du Sancy.

J’en ai encore des frissons partout et plein d’images dans la tête :
C’est parti comme des balles sous un ciel bleu. Il fallait se réchauffer vite après l’attente éternelle sur la ligne de départ, le thermomètre marquait moins 10°c.
Nous étions tous gelés et bleus comme le ciel…
Le soleil n’a pas tardé à se hisser par dessus les montagnes et nous offrir ses rayons les plus lumineux pour éclairer cette neige fraîche et poudreuse qui nous surprend à tous par sa beauté, vierge de toute trace en dehors de ce sentier que nous suivons en file indienne. 
Le parcours est magique sous ce soleil qui nous accompagne tout le long, à la cadence du son de nos pas qui font craquer la neige.

Nous sommes trois copains sur ce merveilleux tracé à nous éclater comme des enfants qui sortent en cours de récréation...  Les" waouu" se font entendre régulièrement dans les descentes, accompagnés d'un sourire qui ne nous quitte pas tellement nous sommes heureux d'être ici, avec de telles conditions. 
Pas de chrono, on prend le temps pour faire des photos, nous avons cette impression de courir dans des dunes de sable blanc où nous voyons de petits tourbillons de neige se former à certains endroits pour venir jusqu'à nous et nous envelopper.
Plus loin, c'est une montagne de neige immaculée, une cascade gelée, un silence dans les forêts de sapins blancs, un passage dans la poudreuse…

Nous savourons chaque pas avec beaucoup de plaisir pour arriver jusqu'à la ligne d'arrivée qui est déjà là. Et oui, ce n’était que 20 km, et c'est déjà terminé. Si magique qu’on aurait pu faire un ultra avec de telles conditions !!
Chacun exprime alors à l'autre son ressenti. Nous échangeons tour à tour sur ces paysages somptueux qui brillent encore comme des étoiles dans nos yeux.

Un premier trail blanc, une aventure de plus qui restera dans nos mémoires à vie. Quelle chance !     >> toutes les photos

Angie Celaya